responsive

La première ligne, fut inaugurée le 18 mars 1662, et elle relie la porte Saint-Antoine au Luxembourg

responsive

La seconde ligne, fut inaugurée le 11 avril 1662, et elle relie quant à elle, la rue Saint-Antoine.

responsive

La première ligne, fut inaugurée le 18 mars 1662, et elle relie la porte Saint-Antoine au Luxembourg

L'ancêtre des transports en commun modernes

 

Les tout premiers moyens de transport dits collectifs au monde étaient sans aucun doute, les bateaux et les différents véhicules tirés par des animaux (chevaux, bœufs, ânes, chiens, rennes…), véhicules que les hommes utilisaient chaque jour, depuis la nuit des temps, pour leurs propres déplacements et pour transporter des marchandises. Mais c’est le philosophe et mathématicien français, Blaise Pascal (1623-1662), qui est aussi, et entre autres choses, l’inventeur de la calculette par exemple, qui le premier, va demander au roi Louis XIV (1638-1715) dit le Roi-Soleil, l’autorisation de faire circuler dans les rues de Paris, des « carrosses à cinq sols ».  Ces carrosses sont alors prévus pour transporter jusqu’à huit passagers et ils sont tirés par quatre chevaux.  Les carrosses ( www.allo-taxi.pro ) passent régulièrement et à horaire fixes en divers endroits de la capitale, malheureusement, après quelques années d’exploitation, suite à différentes hausses de prix et à différents édits du parlement de Paris, le service n’est plus vraiment utilisé et il finit, peu à peu, par disparaître.


Ces carrosses à cinq sols sont donc la toute première expérience au monde pour tenter de créer un réseau de transport en commun urbain.  Ce nouveau moyen de transport fut inauguré en grandes pompes, le 18 mars 1662.  Les cinq lignes de son réseau reliaient différents quartiers de Paris mais les nombreuses et consécutives hausses de tarifs ainsi que toutes les restrictions que lui imposait continuellement le parlement de Paris, firent que la compagnie déclina pour finir par disparaître aux environs de 1677.  Ce premier système de transport en commun cohabitait à l’époque avec les différents systèmes de Taxi privés que l’on pouvait alors trouver à Paris.  La compagnie des fiacres qui avait été fondée un peu plus tôt, en 1637 par Nicolas Sauvage ainsi que les nombreuses chaises à porteurs que l’on trouvait encore partout dans les rues parisiennes de cette époque. Blaise Pascal avait formulé sa requête au roi Louis XIV, en lui demandant la permission d’exploiter une ligne de carrosses qui ferait toujours les mêmes trajets, qui partirait toujours à des heures prédéfinies et qui relierait toujours et régulièrement les différents quartiers de la capitale, peu importe le nombre de passagers présents, pour un prix fixe et défini à l’avance, à savoir 5 sols pour les plus grands des carrosses.  Le tarif ne changeant pas en fonction du nombre de passagers.  Dans sa requête au roi, il précise même que, une fois l’heure de départ prédéfinie est atteinte, le carrosse se met en route et ce même s’il est complètement vide, afin d’aller rejoindre le prochain point d’arrêt où des passagers peuvent attendre pour y monter.


Dans les lettres patentes datées du 19 janvier 1662, le roi Louis XIV va donc accorder l’autorisation d’exploiter ce tout nouveau service à Blaise Pascal et il lui en accorde en même temps le monopole d’exploitation.  5 lignes régulières verront le jour et seront alors mises en place dans la capitale qui est, à l’époque, après Londres, la ville la plus peuplée au monde, avec son demi-million d’habitants.


Les différentes lignes du premier réseau de transport en commun :

-La première ligne, fut inaugurée le 18 mars 1662, et elle relie la porte Saint-Antoine au Luxembourg.

-La seconde ligne, fut inaugurée le 11 avril 1662, et elle relie quant à elle, la rue Saint-Antoine à la rue Saint-Denis.

-La troisième ligne, est inaugurée le 2 mai 1662, et elle va relier le Luxembourg à Montmartre.

-La quatrième ligne, qui sera inaugurée le 24 juin 1662 est une ligne à section circulaire dont le tarif du trajet dépendra donc de la longueur du tronçon emprunté, le passager repaie 5 sols à chacun des six bureaux qui se trouvent sur le parcours.

-La cinquième ligne, fut quant à elle, inaugurée le 5 juillet 1662, et elle relie le Luxembourg à la rue de Poitou.

Ces carrosses à cinq sols, sont donc bien les ancêtres des transports en commun modernes, et ce sont des véhicules hippomobiles tirés par quatre chevaux et conduits par un cocher et un laquais.  Le cocher et le laquais ont chacun une casaque ou une livrée bleue avec le blason du roi et de la ville de Paris, casaques et livrées qui préfigurent déjà les uniformes de nos chauffeurs de bus et de tramways modernes.  Ces voitures ( www.fourriere.pro ) peuvent transporter jusqu’à huit passagers à la fois et elles s’arrêtent à la demande, pour faire monter ou descendre les passagers. Le parlement de Paris sort, après l’inauguration du service, et contre l’avis du roi, un édit qui interdit à certains passagers de prendre ce tout nouveau moyen de transport (et en limite en gros la jouissance, aux riches bourgeois, aux gens de mérite et aux nobles, en excluant les gens du peuple et les soldats entre autres).  Le petit-peuple de Paris se révolte donc et des manifestations assez violentes ont lieu alors un peu partout dans la capitale, mais en vain.  C’est, par contre, l’augmentation intempestive du tarif du trajet, qui passe alors de cinq à six sols, qui rendra le système encore bien plus impopulaire et qui signera sans doute l’arrêt de mort et le coup fatal au service inventé par Blaise Pascal...

Son système est sans doute bien trop avance sur son temps, comme pour nombre de ses idées d’ailleurs, mais on peut certainement le considérer comme étant l’ancêtre des transports en commun modernes car ses carrosses suivent un trajet prédéfini, avec des horaires et des prix fixes.  Les besoins en transport en commun n’étaient sans doute encore pas assez développés, la majorité des travailleurs résidaient alors directement sur leur lieu de travail.  C’est près de deux cents plus tard, que son idée s’imposera, avec en 1823, le premier Omnibus nantais !  En attendant l’avènement des transports en commun, c’est le taxi et ses fiacres ainsi que les chaises à porteurs qui feront office de moyen de transport urbain…  Et bien évidemment il fallait également avoir les moyens de se payer de tels services.

 

 

Portefeuille de projets récentsNous sommes fiers de notre travail